PARIS - LE PALAIS DE CHAILLOT, LA TOUR EIFFEL, LE CHAMP DE MARS, LECOLE MILITAIRE, LHOTEL DES INVALIDES, LUNESCO, LE MUSEE DE LARMEE, LA PLACE VENDOME referat





Au centre du bassin parisien, le site de la capitale est l’œuvre de la Seine, qui coulait à 35 m au-dessus de son niveau actuel, et a éventré les calcaires et les sables tertiaires.

La tradition centralisatrice de Paris, s’est affirmée depuis le Premier Empire jusqu’en 1960.Capitale politique, administrative, économique et culturelle, le Paris du 20e s. a connu une extension rapide mais désordonnée, aussi, un plan directeur a-t-il été mis en œuvre, pour corriger le sous équipement et la confusion qui menaçaient la région.




Cette exposé a la prétention de faire connaitre toutes les merveilles de Paris.

LE PALAIS DE CHAILLOT

Le PALAIS DE CHAILLOT, qui couronne les pentes de la colline du Trocadéro vers la Seine et a pris son aspect actuel en 1937, représente bien l’architecture de l’ entre – deux guerres. La sévérité du matériau accentue l’aspect grandiose de l’édifice, puissamment scandé par les longues fenêtres verticales. La terrasse centrale, d’où jouit d’une superbe vue sur Paris, recouvre la plus vaste salle de théatre de la capitale, celle du Théatre National Populaire, qui a réussi à rendre le théatre accessible aux moins fortunés et a profondément influencé les metteurs en scène contemporains.

Les deux longues ailes en demi-cercle abritent le Musée Ethnographique, le Musée des Monuments Français (moulages de sculptures et fresques du Moyen – Age).

De la terrasse on descend vers la Seine, le long d’une belle pièce d’eau, pour atteindre la Tour Eiffel.

LA TOUR EIFFEL

On n’imagine plus Paris sans elle. Construite par Eiffel, de 1887 à 1889, comme un défi de l’architecture métallique aux règles traditionnelles de la construction, elle est aujourd’hui l’émetteur de télévision de la region parisienne. Divisée en 3 étages: le premier atteint 57 m, le second 115 m, le troisième 276 m d’altitude (le sommet de l’antenne atteint 320 m). De sa dernière plateforme, on découvre, par beau temps, Paris et sa banlieue la plus liontaine. La dentelle de fer n’offre que peu de prise au vent, dont l-action est amortie par les caissons hydrauliques sur lesquels reposent les quatre pieds de la Tour.

Le profil arrondi que dessinent les 12.000 pièces métalliques jointes par 2.500.000 rivets est d’une élégance purement fonctionelle, et préfigure l’art industriel pour lequel la Tour a maintes fois depuis 1889 essuyé les sarcasmes des conservateurs.

LE CHAMP DE MARS

Ce vaste rectangle de verdure aménagé par FORMIGE entre 1908 et 1928 s’étend enarrière de la Tour Eiffel jusqu’à l’Ecole Militaire. Près de la Tour, c’est un jardin à l’anglaise avec d’ agréables chemins tournant autour des rochers, des cascades et des lacs ombragés. Vers l’Ecole, ses vastes avenues géométriques lui conservent la rigueur du parc à la française. Ici, le 14 juillet fut célébré pour la première fois, en 1790, par les 14.000 délégués des départements, devant Louis XVI.

L’ECOLE MILITAIRE

Cet édifice, qui ferme la perspective du Champ de Mars, fut construit à la fin du règne de Louis XV, par l’un des meilleurs architectes du XVIIIème siècle, Jaques-Ange Gabriel, (entre 1751 et 1773) qui évita le risque de monotonie de la longue façade par un avant - corps précédé d’un portique. Mais la véritable façade donne sur la Cour d’ Honneur et peut se voir de la Plaçe de Fontenoy.

On y sent déjà ce goût des fprmes antiques, géométriques et sévères, qui va dominer les styles Louis XVI et Empire. Deux petites portiques de colonnes doriques jumelées encadrent la façade, faite de trois pavillons reliés par une double colonnade qui rappelle à la fois celle du Louvre et celle que Gabriel réalise au même moment, Place de la Concorde.

L’UNESCO

  31977ums53gsm6n

La Maison de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture, construite de 1955 à 1958, est un véritable musée d’art contemporain par la hardiesse de son architecture en Y aux façades incurvées et de sa décoration à laquelle ont collaboré les plus célèbres artistes du monde (mobiles de Calder, céramiques de Miro).

Faute de place, les batiments ont dû s’enterrer, comme la belle salle des séances es béton brut, de Nervi, ou le batiment souterrain de quatre étages, de Zehrfuss (1965), ouvert sur un très élégant patio.

L’HOTEL DES INVALIDES

  31977ums53gsm6n

Immédiatement en arrière de l’église Saint – Louis des Invalides se trouve le batiment construit par Louis XIV pour les soldats infirmes(immense, quadrilatère qui rappelle par son organisation intérieure très simple, l’Escorial. Aujourd’hui, avec quelques invalides et des bureaux militaires, y est installé le Musée Historique de l’Armée, premier musée militaire du monde par ses riches collections d’armes, d’armures, de drapeaux, d’uniform, de soldats de plomb…, qui passionnent les amateurs d’armes et d’histoire militaire.

On sort sur la Place des Invalides par un jardin précédé de remparts garnis de canons de l’Ancien Régime. Se retourner pour admirer la façade de Bruand, longue de 210 m, creusée par quelques 200 fenêtres réparties, avec des dimensions de plus en plus réduites,sur quatre étages. Cette longue façade évite la platitude grace au colossal portail central dont l’encadrament, montant jusqu’au sommet du toit, retombe sur les grandes statues de Mars et de Minerve, par Coustou, symboles de la Vaillance et de la Sagesse.

La vaste esplanade aménagée entre 1704 et 1720, dégage comme il convient la perspective de cette façade sur laquelle vient se raccorder parfaitement le dôme de l’église, preuve de l’affinité de style de deux architectes.

A l’Est s’étned le « quartier des Ministères ». Grandes administrations et ambassades se sont installées dans les hôtels aristocratiques construit ici au XVIIIè-me siècle, à l’époque où faute d’espace libre, le Marais se vide. L’Etat a ainsi sauvegardé une des meilleures parts du patrimoine architectural français, et souvent avec goût, comme on le voit au Musée Rodin.

LE MUSEE DE L’ARMEE

Le Musée de l’Armée situé dans l’un des plus beaux monuments de paris, L’Hôtel des Invalides construit par Louis XIV est un musée d’Art, de Technique et d’Histoire. Les collections présentées au public sont parmi les plus riches du monde, elles permettent de retracer l’évolution de l’armament et de l’équipement, de la Préhistoire à nos jours. Après les silex préhistoriques et les premières armes métalliques on verra impressionnante série d’armures ; des salles consacrées aux armes depuis l’Ancien Régime jusqu’au Second Empire, et plus près de nous, l’évocation des grands conflits mondiaux de 1914-1918 et 1939-1945.

A côté des armes blanches, armes à feu, uniformes et drapeaux, de prestigeux souvenirs évoquent d’illustres personnages, les armures et épées de Fraçois ler, Louis XIV, les uniformes et de nombreux objets ayant appartenu à Napoléon.

LA PLACE VENDOME

  31977ums53gsm6n

La plus harmonieuse des places parisiennes, fut construite sous Louis XIV. Jules Hardouin – Mansart éleva d’abord les façades, qu’il vendit avec les terrains en arrière à des particuliers qui achevèrent ensuite les hôtels. La parfaite régularité de son quadrilatère à pans coupés, la majesté sereine des arcades du rez – de – chaussée et des pilastres corinthiens des étages, l’élégance des fenêtres, des mansardes, le discret décrochement des avant – corps à fronton en triangle formaient un cadre exceptionnel pour la gigantesque statue de Louis XIV, abattue en 1792 et remplacée sous l’Empire par une colonne de 41 m réplique de la Colonne Trajane de Rome. La fonte de 1.200 canons pris à Austerlitz fournit les plaques de bronze qui recouvrent et qui représentent la Campagne de 1805.



LA RUE DE LA PAIX

Bordée des noms les plus prestigieux du commerce parisien, elle conduit à la Place de l’Opéra, centre de l’activité parisienne, environnée de grands magasins, de restaurants, de théatres, de mousic – halls, de cinémas d’exclusivité qui y maintiennent un mouvement de foule permanent jusqu’à une heure anceée de la nuit.

L’OPERA

  31977ums53gsm6n

Construit à partir de 1861 par Charles Garnier, qui voulut ainsi faire de Napoléon III l’égal des grands souverains batisseurs. C’est le plus grand théatre lyrique; la scène peut contenir 450 figurants. L’Opéra est doté d’une extrême richesse décorative. Suréléves sur un grandperron de dix marches, les vestibules s’ouvrent par sept arcades en plein cintre séparées par des groupes sculptés. A l’étage, le foyer s’ouvre par une loggia à seize colonnes géminées doublant les petites colonnes qui encadrent les portes – fenêtres surmontées de bustes de compositeurs.Enfin, un large attique sculpté surmonté de deux grands groupes de bronze laisse voir la surface verte du dôme surbaissé qui coiffe la grande salle, et le fronton couronné d’un Apollon élevant sa lyre, au dessus de la limite entre la salle et la scène.

A l’intérieur comme à l’extérieur, le jeu des pierres blanches, des marbres de toutes couleurs et du bronze doré,rehausse la majesté des proportions. Cette volonté d’atteindre au grandiose s’affirme avec succès dans le magnifique grand par Chagall, dont la poésie s’accorde sans fausse note au somptueux décor.

LA MADELEINE

La fin du XVIIIème siècle a connu un vif regain d’intérêt pour l’art gréco-romain, et quand Napoléon ler voulut édifier un « temple de la Gloire », il choisit le projet de Vignon, copie d’un temple romain entièrement entouré de colonnes corinthiennes, colonnes de 20 m de hauteur. Le fronton, sculpté par Lemaire représente le jugement dernier. L’édifice sera achevé en 1840 seulement, et pourvu alors d’une décoration trop riche dont on retiendra surtout le baptême du Christ de Rude et le mariage de la Vierge de Pradier, de part et d’autre du vestibule.

LE MARCHE AUX FLEURS

  31977ums53gsm6n

Dés le printemps, un marché multicolore fleirit la place invitant le promeneur à flaner parmi les bouquets et les cris des marchandes.

PLACE DE L’ETOILE ET ARC DE TRIOMPHE

Ainsi appelée parce que douze avenues rayonnent à partir de l’Arc de Triomphe situé en son centre. Le dessin de la place n’a été achevé qu’un 1854 alors que l’Arc de Triomphe fut inauguré en 1836.

Haut de 50 m, large de 45 m, l’Arc de Triomphe, édifié à la gloire de l’armée de Napoléon Ier, présente en particulier, des bas reiefs célèbres: La Marseillaise (Rude), le Triomphe (Corrot), la Résistance, la Paix (Etex).

Sous la voûte, depuis le 11 Novembre 1920 (anniversaire de l’Armistice terminant la Prèmiere Guerre Mondiale), repose le Soldat Inconnu, en mémoire des victimes des guerres.

Un musée situé à l’intérieur de l’Arc retrace l’Histoire du monument.

LA DEFENSE

  31977ums53gsm6n

C’est le Nouveau Quartier des Affaires, situé dans le prolongement des Champs-Elysées et de l’Arc de Triomphe ; un ensemble de tours de plus de 30 étages, que l’on apercoit à plusierus kilomètres.

LES CHAMPS-ELYSEES

  31977ums53gsm6n

Une des plus célèbres avenues du monde, reliant la place de l’Etoile à place de la Concorde. Elle constitue le début d’unde grande perspective qui, en ligne droite sur 6 km, par l’avenue de la Grand Armée, atteint le Rond- point de la Défense.

L’avenue comprend deux parties séparées par un carrefour circulaire orné de quatre fontaines et Rond-point des Champs-Elysées.

De l’Etoile à ce Rond-point l’avenue, large de 80 m, est bordée d’immeubles, aujourd’hui voués au commerce pour la plupart. Du Rond-point à la Concorde, les Champs-Elysées deviennent un parc-promenade bordé de pelouses et de jardins, abritant, sur le gauchem le Palais de Elysée, résidence du Président de la République, et sur la droite, le Grand Palais et le Petit Palais, séparés par l’avenue Winston Churchill.

LE GRAND PALAIS – LE PETIT PALAIS

  31977ums53gsm6n

Ils ont été construits pour l’Exposition Universelle de 1900. Le Grand Palais, d’une façade de 240m est toujours utilisé pour divers Salons ou Expositions. Une partie de l’édifice est occupée en permanence par le Palais de la Découverte, où sont présentés les derniers progrès de la Science. Le Petit Palais abrite les collections diversese acquises par la Ville de Paris.

LA PLACE DE LA CONCORDE

  31977ums53gsm6n

A l’entrée de la Place de la Concorde se dressent, de part et d’autre, les chevaux de Marly.

Cette place en 84.000 m2 fut aménagée de 1748 à 1763 par l’architecte Gabriel sous le nom de Place Louis XV pour servir de cadre à la statue de ce roi.

Cest parce que son successeur, Louis XVI y fut guillotiné le 21 Javier à 1793, qu’elle prit le nom Place de la Révolution jusqu’à 1795. Appelée une premiere fois Place de la Concorde à cette date, elle redevint place Louis XV en 1815 puis Place Louis XVI de 1826 à 1830.

La Révolution de 1830 lui rendit son nom de Place de la Concorde. En 1836 fut érigé en son centre l’Obélisque, monument sans coloration politique, transporté depuis le temple égyptien de Louqsor.

A l’opposé de la Seine se dressent deux, hôtels magnifiques exemples de style Louis XV: le Ministère de la Marine et l’Hôtel Clinton.

Aux chevaux de Marly correspondent, de l’autre côté de la place, les Chavaux Ailés qui encadrent l’entrée des jardins des Tuileries.



LES JARDINS DES TUILERIES

  31977ums53gsm6n

Au XVIème siècle, en même tempsqu’un nouveau palais jouxtant celui de Louvre, Catherine de Médicis fit aménager un parc « à l’italienne ».

Le palais de Tuileries fut détruit lors de l’insurrection parisienne de la Commune, mais les Jardins des Tuileries, déjà transmormés au XVIIème siècle par Le Nôtre, sur les instructions de Colbert, ministre de Louis XIV, sont aujourd’hui le type achevé du « jardin français »

Dominant la Seine, la terrasse du Bord de l’eau ; à l’opposé, le longde la rue de Rivoli: la terrasse des Feuillants.

Près de la place de la Concorde, du côté « Bord de l’eau »: le Pavillon de l’Orangerie ; du côté « rue de Rivoli »: le Pavillon du Jeu de Paume.

Dans les jardins: parterres, salles de verdure et nombreuses statues.

LE LOUVRE

Le palais et les jardins du Louvrecouvrent aujourd’hui une superficie de plus de 40 hectares. Ils sont le résultant d’un travail à peu près continu du XVIème siècle et portent la marque de styles divers.

Les Jardins des Tuileries so prolongent par les parterres, tracès en 1909 sur l’emplacement du Palais des Tuileries. Un ensemble de 18 statues de Maillol précède l’Arc de Triomphe du Carrousel, exécuté de 1806 à 1808. De part et d’autre : le long de la Seine, le Pavilon de Flore ; le long de la rue de Rivoli, le Pavilon de Marsan.

Ayant traversé la place du Carrousel, nous trouvons le nouveau Lovre construit par Percier et Fontaine sous le premier empire puis par Visconti et Lefuel sous la second.

Nous abordons, enfin, le Vieux Louvre par la célèbre Cour Carrée qui réunit de remarquables éléments architecturaux : Façade de Pierre Lescot ; travaux de Lemercier, entre autres le pavilon de l’Horloge ;sur la façade Est, colonnade de Claude Perrault.

Autrefois, palais des rois et princes de France, le Louvre est aujourd’hui le Palais des Arts et abrite un des plus riches musées du monde.

RUE DE RIVOLI

Cette rue parallèle à la Seine, de la Bastille à la Concorde, présente, face aux Tuileries, des maisons du XIXe siècle, enjambant le trottoir d’arcades majestueses. Son nom fut donné à la suite de la victorie de Napoléon sur l’Autriche à Rivoli.

LE PALAIS – ROYAL

Le palais ne prit ce nom que lorque la régente Anne d’Autriche s’y installa avec le jeune Louis XIV.

Il avait été construit sur les ordres de Richelieu, qui à sa mort, le légua à Louis III.

Depuis le frère cadet de Louis XIV, le Palais – Royal appartint à la famille des ducs d’Orléans.

Le Régent, Philippe d’Orléans donna au palais son asspect actuel. Son petit-filf fit construire appartements et boutiques qu’il mit en location en 1786.

Le jardins du Palais – Royal, ses Galeries à boutiques, ses cafés, ses maisons de jeux, furent jusqu’en 1840 particulièrement animés.

Aujourd’hui les bputiques sont plus rares, le quartier plus calme.Les batiments abritent le Conseil d’Etat, le Conseil Constitutionnel et divers services des Beaux – Arts.

Le jardins simples et calmes, sont un lieu de paix, inattendu à quelques minutes des Grands Boulevards et de la Place de l’Opera.

LE THEATRE FRANÇAIS

  31977ums53gsm6n

Construit par l’architecture Louis pour le Duc d’Orléans, en annexe du Palais Royal, cet édifice depuis 1792 les Comédiens Français auxquels un statut a été donné en 1812 par Napoléon ier. A l’intérieur, nombreuses statues dont quelques chefs – d’œuvres comme le célèbre Voltaire de Houdon.

PLACE DES PYRAMIDES

STATUE DE SAINTE JEANNE D’ARC

 

Sur la place des Pyramides, légèrement en retrait de la rue de Rivoli, face aux Tuileries et au Louvre se dresse une statue équestre de Jeanne d’Arc, qui fut blessée à cet endroit lors d’une attaque pour délivrer Paris en 1429.

LA BASILIQUE DU SACRE–CŒUR ET MONTMARTRE

Eglise votive, élevée par souscription de 1876 à 1919, date de sa consécration. Coiffée de nombreuses coupoles et dominée par le dôme et la campanile, la basilique possède une crypte très vaste et porte dans son clocher une des plus grosses cloches du monde: La Savoyarde. En avant de la basilique, une terasse offre une vue magnifique sur Paris.

Autour du Sacré – Cœur se déroule tout le lacis des petites rues et des escaliers pittoresques du Vieux Montmartre (rue des Saules, rue San – Vincent, rue du Mont – Cenis, rue du Chevalier de la Barre etc…) rendu célèbre par les artistes et écrivains qui y ont habité.

A l’angle de la rue des Saules et de la Rue Saint – Vincent: le célèbre cabaret rustique du Lupin Agile.

A proximité même du Sacré – Cœur, la place du Terre, bordée d’arbres et des petites maisons est fréquentée par de nombreux artistes peintres qui travaillent et exposent quotidinnement en plein air.

Entre l’avenue Junot et la rue Lepic, au milieu d’arbres subsistent les deux derniers moulins du « village » de Montmartre.

Au pied de la rue Lepic, le Boulevard de Clichy, la place Blanche, la place Pigalle et, plus bas, les rues des premières pentes de Monmartre… quartier des chansonniers, de la bohême et des « boites de nuit » dont la vie et le caractère ne se révèlent que le soir.

LA PLACE DU CHATELET

  31977ums53gsm6n

Cette place a tirè son nom de la forteresse, appelée le Grand Chatelet, qui contrôlait, sur la rive droite, le passage de la Seine à cet endroit. La place n’existe que depuis le Premier Empire.

Au centre de la Place se trouve la Fontaine du Chatelet. Le Thèatre du Chatelet et le Théatre de la ville sont situés de part et d’autre de la place du Chatelet.

LA TOUR St JACQUES

  31977ums53gsm6n

A proximité de la Place du Chatelet, la Tour St Jacques n’est autre que le clocher de l’Eglise Saint – Jacques – la – Boucherie, démolie en 1977, et qui avait été l’église des corporations des bouchers, tripiers, écorcheurs, tanneurs.

LE CENTRE NATIONAL D’ART et de CULTURE

GEORGES POMPIDOU



  31977ums53gsm6n

Inauguré au début de l’année 1977, le centre d’Art, unique en Europe, rivalise avec les mieux adaptés des Etats – Unis. Ce centre est voué à l’art contemporain sous toutes ses formes. D’une architecture moderne assez étrange, il mérite d’être visité.

  1. VERSAILLES

  31977ums53gsm6n

Conduit par le double souci s’éloigner des remuantes foules parisiennes et de garder sous son contrôle la haute noblesse, Louis XIV installa ici sa résidence et son gouvernement, dans un chateau qui est à la fois une ville et un hommage épique à la majesté du Roi – Soleil.

Ville, Versailles l’ewst par la taille: la façadesur les jardins se développe à elle seule sur 575 mètres, les annexes se dispersent dans un parc de plusieurs kilomètres de long et de large, humanisée par le génie de Le Nôtre et la présence vite familière d’un peuple mythologique de bronze et de marbre. Mais tout, dans cette ville, concourt au même but, écraser d’admiration le visiteur devant le gôut, la puissance et la richesse de l’homme pour qui tout cela fut édifié. En dépit des modifications apportées au XVIIIe siècle, la magnificence du Grand Roi est toujours la clef du spectacle offert.

La visite de batiments se faisant obligatoirement sous la conduite d’un guide, nous insisterons surtout sur l’architecture extérieure et sur le parc.

On entre au chateau par la Place d’Armes, en demi-cercle, fermée par la grille du chateau. De là, l’œil est guidé par étapes vers la cellule primitive, le petit chateau rendez – vous de chasse construit par Louis XIII en 1631, alors que Versailles n’était qu’une forêt marécageuse où le Roi venait courir le cerf ou le sanglier.

Après la première cour aux gros pavés ronds, bordée de deux batiments où logeaient les bourreaux, on passe dand la Cour des Ministres, plus étroite, après, avoir croisé la statue équestre de Louis XIV qui accueille le visiteur d’un noble geste de commandement.Enfin, on atteint la Cour de marbre, enserrée par le petit chateau de Louis XIII, aisénement reconnaissable aux chainages de briques rouges qui égaient la pierre blanche. C’est là que Louis XIV a tenu à loger, derrière le trois hautes fenêtres du balcon. Mais l’aspect champêtre de ce premier chateau a dû s’harmoniser à la majesté des constructions nouvelles. Les architectes Le Vau, puis François d’Orbay, puis Hardouin – Mansart, prolongèrent les ailes, garnirent de bustes les murs et de trophées la balustrade du toit.

Quand la façade sur jardin fut achevée, il fallut surélever d’un étage le Chateau – Vieux, ce qu’Hardouin – Mansart réussit très habilement en encadrant le pavillon central par un toit à forte pente dont les lucarnes dissimulent l’étage supplémentaire, qui risquait d’écraser la cour déjà étroite.

Coté Ville, la façade, avec ses drochements successifs, ne rend pas pleinement compte du caractère grandiose du batiment. Il faut passer dans les jardins, en fin d’après – midi, quand le soleil embrase de teintes rousses l’interminable théorie des fenêtres, pour être subjusué. Là, du fond du parterre d’eau, le chateau s’impose pleinement.

L’ensemble pourrait être monotone. Certes les sobres arcades en plein cintre du rez – de – chaussée creusesnt d’ombres profondes la base. Certes, trois pavillons marqués par des colonnes brisent la continuité du corps central tandis que les trophées et des balustres fragmentent le haut du batiment. Pourtant on regretterait que cette façade continue de la Galerie des Glaces ait remplacé la terrasse qu’avait laissée Le Vau, si tout ce corps central n’avait été projeté en avant par les deux immenses ailes ajoutées par Hardouin – Mansart, monotones en elles – mêmes, mais qui mettent en valeur le batiment avancé, comme l’orchestre soutient le soliste.

Sur la droite, les arabesques du parterre du Midi conduisent à un autre chef – d’œuvre d’Hardouin – Mansart, l’Orangerie. Profitant de l’orientation, Le Nôtre avait rassemblé là, sur une forte pente, les arbres délicats. L’architecte y construisit une resserre d’une simplicité et d’une puissance toute antique. Le bossage linéaire des pierres nues et les cintres austères des ouvertures ne sont interrompus que par les quatre couples de fortes colonnes de l’entrée. L’intérieur est une suite des hautes galeries voûtées en arc pour soutenir le poids du chateau. De chaque côté de la cour, les Cent Marches, deux escaliers cyclopéens, lancent leurs trois volées sans ornement vers le ciel.

Dans le Parc conçu par Le Nôtre, toute une équipe de sculpteurs et d’hydraliciens installa un monde de statues et d’eaux fusantes: Girardon, Coysevox, plus calme, avec l’admirable Nymphe à la Coquille, à droite du bassin de latona, les frères Marsy etc.

B.FONTAINEBLEAU

L’immense forêt de Fontainebleau attira très tôt ces grands chasseurs que furent les rois de France. Philippe Auguste y édifia un chateau où naquit et mourut Philippe le Bel. Au Xvème siècle, les souverains préférènt les bords de la loire, mais François ler, conquis dès son premier séjour, fit de Fontaineableau la grande résidence royale et commença le chateau autour du donjon de Philippe Auguste. Ses successeurs l’agrandirent, en particulier Henri IV qui laissa leur aspect actuel aux batiments ; Louis XIV et Louis XV s’intéressèrent surtout aux jardins.

NOTRE – DAME

  31977ums53gsm6n

L’actuelle Notre – Dame, église cathéglise cathédrale de paris, a été commencée après 1160 sur les ordres de l’évêque Maurice de Sully. La constructions n’en fut achvée qu’en 1345, près de deux siècles plus tard. En 1841 Viollet – le – Duc en entreprit la restauration devenue nécessaire, et ce n-est qu’en 1864 que Notre – Dame eut enfin son aspect actuel.

On s’accorde généralement pour reconnaitre à Notre – Dame, la pureté des lignes, la sobriété puissante de la décoration, l’équilibre des proportions.

La façade: trois portails inégaux, surmontés de 28 statues de la Galerie des Rois, puis de la Grande Rose dont aucun élément n’a bougé depuis plus 700 ans ; au - dessus : les arcades de la Grande Galerie et, enfin, les deux tours qui s’élèvent à 69 m au dessus du sol.

La flèche : faite de bois de chêne recouvert de plomb, atteint 90 m. de hauteur.

La chevet : couronne d’arcs – boutants surplombant des chapelles. Décoration très travaillée.

Sur les flancs : le Portail du cloitre et la Porte Rouge.

A l’intérieur : nefs, tribunes, chapelles, transept, chœur de Notre – Dame sont autant de témoignages de la grandeur du travail accompli.

Le Grand Orgue de Cavaillè – Coll, auquel on vient encore d’ajouter de nouveaux jeux, est, actuellement, un des plus remarquables d’Europe par la gamme et la richesse de ses timbres.

Bibliografie: Paris en 4 jours, par A. Leonte Editeur











Copyright © Contact | Trimite referat


Ultimele referate adaugate
Mihai Beniuc
   - Mihai beniuc - „poezii"
Mihai Eminescu Mihai Eminescu
   - Mihai eminescu - student la berlin
Mircea Eliade Mircea Eliade
   - Mircea Eliade - Mioara Nazdravana (mioriţa)
Vasile Alecsandri Vasile Alecsandri
   - Chirita in provintie de Vasile Alecsandri -expunerea subiectului
Emil Girlenu Emil Girlenu
   - Dragoste de viata de Jack London
Ion Luca Caragiale Ion Luca Caragiale
   - Triumful talentului… (reproducere) de Ion Luca Caragiale
Mircea Eliade Mircea Eliade
   - Fantasticul in proza lui Mircea Eliade - La tiganci
Mihai Eminescu Mihai Eminescu
   - „Personalitate creatoare” si „figura a spiritului creator” eminescian
George Calinescu George Calinescu
   - Enigma Otiliei de George Calinescu - geneza, subiectul si tema romanului
Liviu Rebreanu Liviu Rebreanu
   - Arta literara in romanul Ion, - Liviu Rebreanu











Scriitori romani